Indices contre diamètres : le match !

Vous cherchez souvent à proposer à vos clients des verres plus minces, plus esthétiques. Pour y parvenir vous pouvez jouer essentiellement sur deux données fondamentales, les indices de réfraction et les diamètres.


Le « match » est parfois difficile à arbitrer sans les données chiffrées que nous vous proposons ici. L’esthétique, le confort, la légèreté, la mode, le prix entrent couramment dans les exigences des porteurs quant à leur équipement optique.

Les fournisseurs de verres mettent à votre disposition des indices de réfraction de plus en plus élevés. Cependant, faute de disposer de chiffres précis sur le gain d’épaisseur obtenu, vous pouvez avoir tendance à sous évaluer le gain obtenu par la diminution du calibre.

 

Nous avons choisi de vous fournir les tableaux des principales puissances pour que vous puissiez établir vos propres normes. Vous pourrez ainsi guider vos clients selon leurs exigences esthétiques et financières.
Pour la clarté de l’étude nous avons choisi de mettre de côté certains paramètres comme le nombre d’Abbe, les cylindres, la résistance de matériaux, les différentes normes de fabrication…

Etude chiffrée

A. Pour les calculs nous avons choisi une épaisseur au centre de 1,8 mm pour les verres concaves, et une épaisseur au bord de 1,2 mm pour les verres convexes, un écart pupillaire de 32 mm, une hauteur de 22,5 mm et un nez de 22.

B. Dans les commentaires, figurant après chaque tableau, nous avons choisi une monture métallique cerclée. Une monture plastique supporte généralement 2 mm de plus.

C. L’analyse présentée concerne des verres simples

image

 

Pour une cote A du calibre boxing de 45 mm, le gain d’épaisseur obtenu grâce à un indice plus élevé est
négligeable
(gain de 0,28 mm entre l’indice 1,74 et 1,50).

Par contre pour une cote A de 55 mm, l’épaisseur au bord passe à 4,15 mm. Ce résultat peut surprendre pour une correction aussi faible ; il faut pourtant envisager de recourir aux indices élevés pour retrouver une épaisseur acceptable. Notons que l’on obtient la même épaisseur au bord pour une cote A de 45 mm en 1,50 et une cote A de 50 en 1,74.

image

En indice 1,50 on atteint une épaisseur au bord peu esthétique. Les hauts indices se justifient donc pleinement.

image

 

Pour cette puissance, indice minimal de 1,67 combiné à un calibre de 45.

Pour comprendre l’enjeu du match entre l’indice et le diamètre vous noterez qu’un calibre 50 en indice 1,74, est de la même épaisseur  qu’un calibre 45 en indice à 1,50.


Pour les verres convexes, mêmes conséquences qu’avec les verres concaves, cependant, il faut aussi tenir  compte de deux facteurs :
- la forme de la monture. évitez les formes rectangulaires, autant que faire se peut, car l’épaisseur du haut  du verre est proche du centre optique. Ainsi si nous prenons l’exemple d’un verre de +4,00 D en calibre 55, l’épaisseur sera de 1,2 mm au bord mais 3,5 mm en haut du verre. Formes rondes et pantoscopiques à préconiser.
- L’épaisseur du verre crée un effet loupe disgracieux, proportionnel à l’épaisseur au centre du verre.

 

image

 

 

 

 

image

 

image

A retenir

- 2 D à + 2 D : attention au calibre 55, monter en indice
- 4 D à - 2 D et + 2 D à + 4 D : passer aux hauts indices, réduire le calibre et utiliser une forme plus ronde en positif.
- 6 D à - 4 D et + 4 D à + 6 D : indice 1,67 minimum, réduire le calibre et utiliser une forme plus ronde en positif (rectangle à proscrire).

 

Conclusions

Le « match » indices versus diamètres aboutit à un équilibre. Donnez donc autant d’importance au calibre qu’à l’indice. Guider vos clients vers l’équipement idéal contribue à fidéliser une clientèle parfois volatile.

image

Verres numériques

L’étude chiffrée ci dessus a été établie à partir de verres de fabrication classique, encore prépondérants pour nombre d’entre vous. Les épaisseurs sont sensiblement meilleures avec des verres numériques. En effet, ils sont toujours plus minces, tout en ayant nettement moins d’aberrations sur les bords.

Avec ces verres numériques vous obtiendrez toujours un meilleur résultat à la fois esthétique (voir photo) et optique (voir la Fiche Pratique de février 2009).

La photo ci-contre montre qu’un verre plus mince réduit nettement la déformation de l’oeil du porteur. Le verre gauche est un verre sphérique +4,00 D en indice 1.50, le verre droit est un verre numérique +4,00 D en indice 1.50.

image